citoyen.eu.org
Lire pour comprendre

 
 
    

L’État français est malade du sionisme


par Félicien Breton (15 juillet 2014 ; chiffres de l'émigration ajoutés en septembre)

Israël est un État colonial, ce qui implique qu’il a besoin du racisme dans les États alliés, en l’occurrence la France.

Ce texte ne parle pas de la situation en Israël-Palestine. Il y aurait énormément à dire. Voici une bonne compilation. On y trouvera notamment la démonstration qu’Israël pratique l’apartheid et des discussions sur les solutions à la question palestinienne.

Les sionistes et les médias demandent souvent : « Pourquoi défendez-vous plus les Palestiniens que d’autres peuples opprimés ? » C’est parce que :

  • L’État sioniste a été fondé par des Européen-ne-s ;
  • Israël est en Europe ;
  • Des colons et des indigènes sont aussi en France ;
  • L’État français est malade du sionisme.

Brève histoire du sionisme

À partir de 1882, le baron français Edmond de Rothschild achète de la terre en Palestine ottomane et finance le premier « établissement » juif à Rishon LeZion.

Le Premier congrès sioniste se réunit à Bâle en Suisse, en 1897. Dans son journal, Theodor Herzl (un Hongrois) écrit : « Si je devais résumer le Congrès de Bâle en un mot, ce serait celui-ci : à Bâle j’ai fondé l’État juif (...). Peut-être dans cinq ans et certainement dans cinquante ans, chacun le saura. »

Les vagues d’immigration de Juifs/Juives vers la Palestine se font exclusivement depuis l’Europe de 1881 à 1947 (700 000 personnes).

La Déclaration Balfour est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (un banquier anglais), publiée en 1917 par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères. Par cette lettre, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l’établissement en Palestine d’un foyer national juif.

Israël est en Europe

Carte incluant Géorgie et Arménie dans le continent européen, excluant Russie, utilisée par TV5Monde

Carte incluant Géorgie et Arménie dans le continent européen,
excluant Russie, utilisée par TV5Monde


La maîtresse vous a appris à tracer une ligne en travers de l’Eurasie. C’est l’illusion d’un savoir objectif mais ça ne sert pas à comprendre le monde. La notion d’Europe a toujours été un enjeu politique. « Les gens » le sentent qui disent que la Suisse ou la Norvège « ne sont pas dans l’Europe ». D’un point de vue économique et politique, ces pays le sont autant que l’État d’Israël :

L’Union des associations européennes de football (UEFA) comprend la Fédération d’Israël de football, association regroupant les clubs de football « d’Israël », dont certains en territoire occupé depuis 1967. C’est le seul membre de l’UEFA plus au sud que Chypre.

L’État sioniste possède la bombe nucléaire, n’est pas signataire du Traité de Non Prolifération mais a été admis en 2013 membre de plein droit du CERN (« l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire »). C’est le seul membre du CERN plus au sud que l’Italie.

L’Union européenne est le premier partenaire commercial de l’État d’Israël. 33 % des exportations israéliennes vont vers l’UE et 40 % de ses importations viennent de l’Union.

L’État sioniste fut le premier pays hors Union à être associé au programme-cadre de recherche scientifique de l’Union européenne.

En 2009 déjà, le Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’époque, Javier Solana, avait déclaré que la très forte relation entre l’État d’Israël et l’Union européenne équivalait à une adhésion de facto à travers la participation de l’État juif à nombre de programmes européens.

Des colons et des indigènes sont aussi en France

La France est le premier pays d'émigration vers Israël pour la première fois début 2014.

La Palestine est une ligne de front Nord-Sud, Occident impérialiste/Tiers-Monde sans intermédiaire. Les descendant-e-s de colonisé-e-s s’identifient aux Palestinien-ne-s pour les raisons suivantes.

Il est fait grand bruit des Français musulmans qui vont combattre en Syrie (contre une dictature). Un projet de loi l’interdisant a été présenté en conseil des ministres, mercredi 9 juillet 2014. Par contre ni le gouvernement, ni les médias ne parlent de ces Français-e-s qui, depuis des années, vont participer sous uniforme israélien à une occupation officiellement dénoncée par l’ONU et par l’État français. Ce faisant, certain-e-s d’entre eux/elles participent à des crimes de guerres. (Document radio de Simone Bitton, une Française juive palestinienne israélienne.) Pourquoi cette différence ? Parce que la République française soutient les volontaires d’origine européenne qui se battent pour un État ami :

Le Président de la France visite Jérusalem

Le Président de la France visite Jérusalem
Crédits : AP Photo/Lior Mizrahi, pool

Anne Hidalgo (alors dauphine à la Mairie de Paris) a répondu sur une radio communautaire : « Israël serait coupable d’une occupation ? Non » à 27 minutes.

« Importer le conflit israélo-palestinien »

Il n’y a pas de conflit entre deux États puisque l’Autorité palestinienne collabore avec l’État sioniste.

En 2014, Tsahal a de nouveau bombardé des zones densément peuplées (à Gaza). Quand il y a eu beaucoup de morts (après quelques heures), le 9 juillet à 20 h 27, la Présidence de la République française a publié un communiqué pour encourager le Premier Ministre d’Israël à continuer de tuer des civils indigènes : « Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces. » Pas un mot pour les mort-e-s, tou-te-s palestinien-ne-s.

Israël assassin ! Hollande collabo ! Dans la manifestation du 13 juillet 2014 depuis Barbès

"Israël assassin ! Hollande collabo !"
Dans la manifestation du 13 juillet 2014 depuis Barbès
Reproduction interdite sans autorisation du sujet et de la photographe


Le gouvernement favorise le départ des Juifs/Juives français-e-s vers Israël.

Des représentant-e-s français-es instrumentalisent le génocide juif. Le caractère juif de l’État d’Israël entretient le racisme en France. En février 2014, un élu UMP a incité à la haine raciale et « importé le conflit palestinien » en France, au gala de financement du Fonds National Juif. La vidéo avait été mise sur le web mais le FNJ l’a faite retirer. Pour l’instant elle est disponible .

Pour référence : le délit d’incitation à la haine raciale, c’est la loi n°92-1336 du 16 décembre 1992 relative à l’entrée en vigueur du nouveau code pénal et à la modification de certaines dispositions de droit pénal et de procédure pénale rendue nécessaire par cette entrée en vigueur. Art. 246 : « Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement. » Dans la même vidéo, Claude Goasguen dit aussi : « Il n’y a pas que les Juifs qui seront pourchassés par les musulmans ; il y a les chrétiens d’Orient qui sont massacrés par dizaines de milliers. » Cela peut relever du même délit d’incitation à la haine raciale mais les éléments ci-dessous suffisent peut-être.

Claude Goasguen est député-maire UMP du 16e arrondissement. Le 2 février, il a incité à la haine raciale pour soutenir la politique israélienne. Il a notamment déclaré : “cette Shoah terrible qu’on n’ose plus enseigner dans les lycées tant on a peur des réactions des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées”. Cette phrase incite à la haine des musulman-e-s (l’islamophobie). Elle dénigre l’Éducation nationale. Elle instrumentalise la lutte contre l’antisémitisme ; donc elle la compromet.

De plus, ces propos ont été tenus au gala de financement du Fonds National Juif. Le FNJ (ou Keren Kayemeth LeIsrael, KKL, en hébreu, la langue locale ressuscitée par les colons) a été institué en 1901 en tant que fonds central du mouvement sioniste. Il s’est occupé et s’occupe toujours de la préparation des futurs colons et d’acheter des terres en Palestine. Il a aussi planté de nombreuses forêts à la place de villages dont on avait chassé les autochtones en 1948. Le FNJ n’est donc pas une instance communautaire mais un des plus puissants vecteurs du nettoyage ethnique en Palestine. Plusieurs organisations avaient protesté contre ce gala. Leur manifestation n’a pas été autorisée par le Préfet de police, représentant de l’État. Autrement dit : un élu de la République a incité à la haine raciale pour soutenir une puissance étrangère.

L’État français soutient la haine

Le rôle du CRIF « est de faire apprécier Israël par les politiques, la presse et les acteurs de la vie civile » C’est donc un lobby d’un État étranger.

Le 19 mars 2014, Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, s’est rendu au grand rassemblement contre l’antisémitisme organisé par le CRIF. Il a instrumentalisé des victimes pour confondre anticolonialisme et antisémitisme. Dans cette vidéo, le Ministre de l’Intérieur de la France, qui deviendra douze jours plus tard le Premier Ministre de la République française affirme très explicitement deux choses :

  • La mise en cause de la politique coloniale d’Israël « État ami, État frère », « c’est l’antisémitisme d’aujourd’hui » (de 2 min 22 à 4 min 25) ;
  • « Les Juifs de France sont plus que jamais les Français à l’avant-garde de la République et de nos valeurs ! » (de 5 min 45 à la fin).

Ainsi, il y a très officiellement et de façon très républicaine, des communautés d’« avant-garde » qui sont acceptables et, par déduction, des communautés d’« arrière-garde » dont on sait bien qu’elles n’ont « pas vocation à s’intégrer. » Je reprends un extrait de l’analyse de Sherine Soliman :

"Quand Valls place publiquement les Juifs français « à l’avant garde de nos valeurs et de la République » – et ce, aux côtés des représentants français d’un courant militant de la colonisation raciste et de l’apartheid – il met les autres minorités de France derrière ; il place les arabes et les noir-e-s, les musulman-e-s des quartiers populaires en dessous, à l’endroit où « la haine se déverse au nom de la critique d’Israël » , c’est-à-dire dans le camp de l’animosité et du terrorisme en puissance. Par ces mots, il disqualifie purement et simplement leur résistance antiraciste et anticolonialiste et vise, une fois de plus, à exacerber les différences communautaires en affichant un philosémitisme aussi soutenu que l’est son mépris à l’égard des postcolonisé-e-s arabes et noir-e-s."

Les appels au génocide par La Ligue de défense juive

Les appels au génocide par La Ligue de défense juive


La « Ligue de défense juive » est une organisation dissoute dans l’État sioniste et aux États-Unis mais présente en France depuis 2000. La manifestation du 13 juillet 2014 partie de Barbès (à Paris) soutenait la population de Gaza bombardée par l’armée israélienne. En fin de défilé, il y a eu des affrontements. La vidéo montre la LDJ provoquer puis refluer pour se protéger derriere les forces de l’ordre qui protégeait la synagogue de la rue de la Roquette. Voici la version de Michèle Sibony sur la même manifestation.

Pour la séparation du CRIF et de l\'État / Pancarte dans une manifestation interdite à Paris

"Pour la séparation du CRIF et de l\'État"
Photo de Rachid Bennis le 19 juillet 2014,
dans une manifestation interdite à Paris

Selon Bernard Ravenel (AFPS) : il y a eu un compromis entre "Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l'Intérieur et le CRIF pour tolérer la Ligue de défense juive".

Une organisation plus présentable, l’UEJF, soutient la confessionnalisation de la question palestinienne. Communautariser la question palestinienne s'est adopter le point de vue de l’État d’Israël, masquer son caractère colonial.

Le PS utilise le racisme

Stigmatiser les populations différentes est un grand classique. En 1982, le gouvernement a pris le tournant stratégique de l’européisme (la concurrence libre, les marchés libres) et a instauré le contrôle au faciès.

En janvier 1983, à l’occasion de grèves chez Renault, Pierre Mauroy déclarait (dans une interview à Nord-Eclair) : « Les principales difficultés qui demeurent sont posées par des travailleurs immigrés […] agités par des groupes religieux et politiques qui se déterminent en fonction de critères ayant peu à voir avec les réalités sociales françaises » Au même moment, le ministre de l’Intérieur Gaston Defferre dénoncait « des grèves saintes, d’intégristes, de musulmans, de chiites ».

Les forces de l'ordre cherchent à se débarrasser de leurs musulman-e-s .

Un antiracisme et un anti-impérialisme conséquents passeraient par :

  • la dénonciation du sionisme du « Parti Socialiste » et de l’État français ;
  • la dénonciation de l’instrumentalisation du racisme par le PS ;
  • le refus de collaborer avec tout-e représentant-e du PS ;
  • l’appel à ne pas voter PS.

BDS

Une solution est disponible est se met en place petit à petit. Elle est combattue par le régime.

Vous pouvez répondre à « L’Appel de la Société Civile Palestinienne : Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël ».

Vous noterez que c’est bien plus qu’un appel à boycotter les colonies. Il vise notamment à forcer l’État sioniste à :

  1. Mettre fin à son occupation et à sa colonisation de tous les terres arabes et démanteler le Mur ;
  2. Reconnaitre les droits fondamentaux des citoyen-ne-s arabo-palestinien-ne-s de l’État d’Israël à une égalité absolue ; et
  3. Respecter, protéger et favoriser les droits des réfugié-e-s palestinien-ne-s à revenir dans leurs maisons et propriétés comme stipulé dans la résolution 194 de l’ONU.

Allez voir l’antenne française

    
S’abonner  |  À propos  |  Contact